Théorie cognitive de l’apprentissage multimédia

|  Laissez vos commentaires

Rendre un média, lisible, compréhensible et agréable à consulter pour votre apprenant n’est pas toujours facile. Quels principes de design appliquer ? Comment connaitre l’efficacité de votre dispositif ?

Ne bougez plus. Aujourd’hui, je vous propose de répondre à ces questions à l’aide de la théorie cognitive du multimédia de Mayer (2003). Mais, d’abord, je vous propose de vous donner une définition de quelques concepts qui vous seront utiles dans cet article.
 

Quelques définitions

 
La mémoire de travail : (voir cet article Sydologie : http://sydologie.com/2016/10/mardis-de-memoire-2-memoire-a-court-terme) c’est le système de mémoire qui permet le stockage et la manipulation temporaire et limitée d’une information pendant la réalisation de tâches diverses. Elle permet aussi ensuite de stocker une information à plus long terme.

La mémoire à long terme : c’est le système de stockage permanent et en théorie illimité de l’information. C’est dans cette mémoire que sont emmagasinés les faits, les connaissances et compétences que nous avons accumulés au cours des années. Il en existe une multitude suivant le type de connaissances (voir cet article Sydologie : http://sydologie.com/2016/11/mardis-de-memoire-3-memoire-long-terme).
 

Comment marche l’apprentissage ?

 
Rentrons maintenant dans le vif du sujet et commençons par les trois postulats sous-jacents de cette théorie de l’apprentissage multimédia :

L’apprentissage est un processus actif dans lequel l’apprenant va sélectionner les informations, les organiser en mémoire de travail et les intégrer en mémoire à long terme. Il faut donc être engagé dans la tâche pour rendre l’apprentissage efficient.

Nous utilisons deux canaux ou processus distincts en mémoire de travail (visuel et verbal) pour traiter une information.

Notre capacité à traiter des éléments dans ces canaux en mémoire de travail est limitée, nous pouvons donc être surchargés d’informations. C’est la surcharge cognitive, issue de la théorie de la charge cognitive de Sweller (1988).
 

Les trois charges cognitives

 
Selon cette théorie de la charge cognitive, lorsque vous initiez une « tâche d’apprentissage », vos ressources, limitées, sont distribuées suivant trois types de charges : la charge intrinsèque, la charge extrinsèque et la charge utile :

La charge intrinsèque est définie par les ressources que vous allouez pour manipuler les éléments à apprendre. Elle est déterminée par le nombre de concepts à manipuler simultanément, leurs interactions et leur complexité. Gagner en expertise va vous permettre d’alléger la charge intrinsèque d’un dispositif. Par exemple, lorsque vous apprenez à conduire, petit à petit, le niveau de complexité de la tâche se réduit, vous permettant ainsi de vous concentrer sur d’autres éléments (pas le téléphone, bien entendu !).

La charge extrinsèque représente votre ennemi principal dans la conception d’un dispositif. La charge extrinsèque désigne tous les éléments qui vont être maintenus en mémoire de travail, mais qui ne sont pas directement nécessaires à l’apprentissage. Elle comprend tous les points inutiles venant s’ajouter à la tâche comme les distractions (recevoir une notification lorsque vous êtes au volant par exemple), des explications trop complexes ou un niveau de détails trop élevé.

La charge utile utilise les ressources restantes à disposition pour intégrer des connaissances en mémoire à long terme. Apprendre tout simplement ! Cette charge est absolument essentielle, et votre travail en tant que formateur est de la favoriser.
 

Comment, me direz-vous ?

 
La relation entre ces trois charges est additive. Ainsi, si vous concevez un dispositif avec une charge intrinsèque et extrinsèque trop élevée, il peut en résulter un manque de ressources disponibles en charge utile. Le but d’un formateur est donc de réduire ses deux charges pour libérer des ressources en charge utile.

Bon, d’accord, c’est bien gentil, mais à quoi cela me sert ? Cet article est chargé cognitivement ! Eh bien l’intérêt d’une telle théorie réside dans les principes de design qu’elle apporte afin de favoriser l’efficacité de votre dispositif d’apprentissage.

Je vous propose donc de débuter un nouveau dossier où je reviendrai chaque semaine sur un principe de design, comment l’appliquer et quelles sont les conditions de son efficacité. À la fin de ce dossier, vous serez un pro de l’apprentissage multimédia !

Êtes-vous prêt ? Oui ? Alors à vous de jouer, réduisez les deux charges dans ce schéma en faisant bouger les petits ronds et observez votre apprenant !

 
 
 


 , , ,

Articles similaires

PEDAGOGO #18 – IVAN PAVLOV

Chaque lundi, nous vous proposons de voyager dans l’Histoire de la pédagogie, à travers les portraits des plus grands pédagogues…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.