Théorie cognitive de l’apprentissage multimédia – Article 7 – Le principe de pré-training

|  2 Commentaires

Aujourd’hui, en tant que concepteur, vous devez proposer un contenu sur les tabourets. Comme on le sait tous, le tabouret est loin d’être un sujet facile à appréhender. Le vocabulaire est très spécifique et les étapes de constructions détaillées doivent être suivies très scrupuleusement.

Dans la présentation du contenu, vos apprenants doivent à la fois acquérir le vocabulaire des concepts présentés et les liens entre ces concepts. Cette situation peut entrainer pour l’apprenant une augmentation de la charge intrinsèque du dispositif et donc nuire à l’apprentissage.

Pour pallier cette difficulté, les chercheurs travaillant sur cette théorie (Mayer, 2003) proposent le principe de pré-training. Ce principe suggère de présenter à vos apprenants les noms et caractéristiques des éléments avant d’aller plus loin sur le contenu.

L’idée serait, dans le cadre de la formation sur les tabourets, de présenter au préalable les différentes parties d’un tabouret dans un schéma global. Puis, d’effectuer des zooms sur les parties que vous souhaitez présenter plus en détails. À cette fin, l’apprenant a déjà acquis le vocabulaire et peut donc appréhender le contenu plus facilement.


Tout l’intérêt de présenter les éléments au fur et à mesure c’est de ne jamais se retrouver dans la situation où trop d’éléments sont à comprendre et retenir : le vocabulaire des concepts, leurs liens, etc. Le but est ici de répartir la charge intrinsèque au fur et à mesure de l’apprentissage.

En formation, il peut être intéressant à la fin de la journée de parler des différents points que vous allez aborder le lendemain sans rentrer dans les détails afin de proposer une première confrontation avec le matériel. On perçoit également l’intérêt du principe de classes inversées qui n’est pas sans inconvénients mais qui est intéressant car il permet à l’apprenant de se familiariser au maximum avec le matériel et de pouvoir approfondir, poser des questions et travailler ensuite plus en profondeur sur le matériel durant la séance.

Ce principe appelle à bien définir la terminologie, le vocabulaire et les concepts centraux suivant l’objectif pédagogique. Dans un deuxième temps il faut réfléchir à comment implémenter cette terminologie dans le contenu afin de familiariser l’apprenant avec ces concepts.

Pour conclure, ce principe est d’autant plus pertinent pour des apprenants qui seraient novices sur le sujet car le vocabulaire n’est pas acquis. Pour des apprenants experts, cela n’est pas forcément nécessaire. D’où la nécessité, encore une fois, d’être en mesure d’identifier la cible du contenu le plus précisément possible.


 , , ,

Youri Minne

  • Doctorant en psychologie cognitive

Apprendre des connaissances c’est bien. Mais les transmettre, c’est encore mieux ! Ayant toujours été passionné par l’apprentissage durant mon cursus de psychologie, j’ai la chance d’écrire des articles de vulgarisation sur des théories scientifiques. J’espère ainsi, au travers de mes articles, transmettre mes connaissances avec la même passion qui m’animait lors de la découverte de celles-ci.

Articles similaires

L’expérience de Milgram

Aujourd’hui, âme sensible s’abstenir, nous allons parler d’une expérience, horrible mais fascinante : l’expérience de Milgram (1961). Milgram est célèbre…


 2 commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.