Théorie cognitive de l’apprentissage multimédia – Article 2 – Le principe de cohérence

|  Laissez vos commentaires

Dans cet article, je vous parlais de la théorie cognitive du multimédia qui a permis de mettre en évidence un certain nombre de principes à respecter lors de la conception d’un dispositif pédagogique.

L’un des principes les plus robustes (les plus répliqués scientifiquement) est le principe de cohérence. Ce principe a pour but de réduire la charge extrinsèque d’un dispositif pédagogique.

Si je devais résumer ce principe en une phrase, je dirais que « plus le message pédagogique est simple et épuré, plus l’apprentissage est efficace ».
 
Comment procéder ? En éliminant tous les éléments étrangers à la tâche d’apprentissage de votre dispositif comme :

Les images et mots inutiles et superflus
Les sons non essentiels à la tâche d’apprentissage, surtout lorsqu’ils sont très « gênants » (non, AC/DC en fond sonore n’est pas toujours une bonne idée !)
Les détails séduisants mais non pertinents par rapport au but fixé (le lieu de naissance de l’écrivain par exemple ou encore ses goûts en décoration d’intérieur et sa passion pour le curling sur gazon).

Ce principe de cohérence est d’autant plus important dans une situation où :

La présentation est rapide (vous manquez de temps pour présenter le contenu)
– Le rythme de présentation n’est pas contrôlé par l’apprenant (à l’inverse d’une vidéo, par exemple)
Le public a peu d’expertise sur le sujet abordé. En effet, plus l’apprenant aura des connaissances préalables sur le sujet, plus vous pourrez vous permettre d’ajouter des éléments étrangers dans votre dispositif.
 
Ce principe invite à se poser différentes questions quant à la conception d’un dispositif :
 
Quel est mon objectif d’apprentissage et quels sont les éléments du dispositif que je ne juge pas essentiels à la réalisation de cet objectif ?

Reprenez votre dispositif de A à Z en vous demandant si l’élément présenté est essentiel à l’objectif d’apprentissage fixé.

Les connaissances du public ciblé par mon dispositif sont-elles réparties équitablement ?

Il peut être intéressant de concevoir différentes variantes d’un même dispositif présentant différents niveaux de détails suivant le degré d’expertise du public.
 
 
Ce principe est simple mais peut-être sous-estimé. L’idée est de garder à l’esprit que les capacités cognitives de votre apprenant sont limitées.

Ainsi, tout élément venant augmenter la charge extrinsèque du dispositif réduira les ressources attribuées en charge utile, et donc à l’apprentissage. Cependant, éliminer les éléments étrangers du dispositif n’est pas toujours possible, ainsi il sera utile d’appliquer le principe de signalisation dont je vous parlerai dans un prochain article.
 
 
Et si vous voulez en savoir plus sur la théorie cognitive de l’apprentissage multimédia :
 
Article 1 : La surcharge cognitive
Article 3 : Le principe de signalisation
Article 4 : Le principe de redondance
Article 5 : Le principe de continuité
Article 6 : Le principe de segmentation
 
 


 , , ,

Youri Minne

  • Doctorant en psychologie cognitive

Apprendre des connaissances c’est bien. Mais les transmettre, c’est encore mieux ! Ayant toujours été passionné par l’apprentissage durant mon cursus de psychologie, j’ai la chance d’écrire des articles de vulgarisation sur des théories scientifiques. J’espère ainsi, au travers de mes articles, transmettre mes connaissances avec la même passion qui m’animait lors de la découverte de celles-ci.

Articles similaires

Que l’AFEST commence

Définition   L’AFEST, ou Action de Formation en Situation de Travail, est une modalité de formation au sein de laquelle…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.