Utiliser les neurosciences pour mieux former

|  6 Commentaires

La neuroéducation est un domaine de recherche qui étudie les mécanismes cérébraux liés à l’apprentissage et à l’enseignement. C’est une discipline qui est née en 2007, suite à un rapport de l’OCDE (l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques). Cette discipline s’inspire des recherches menées en sciences cognitives (psychologie, neurosciences, ergonomie…). Elle utilise les informations récoltées sur les fonctions cognitives liées à l’apprentissage (perception, attention, mémorisation, etc.) pour adapter les pratiques éducatives.

Cela est rendu possible notamment grâce aux techniques d’imagerie cérébrale qui permettent d’étudier les réactions du cerveau en train de lire, de mémoriser ou de compter par exemple.

Qu’a-t-on appris grâce à la neuroéducation ?

Notre mémoire est influencée par nos émotions : nous retenons plus facilement une information si nous l’associons à quelque chose d’émotionnel car nous ne sommes plus passifs. Ainsi, il peut être intéressant de susciter de la joie ou de la colère lors de l’apprentissage.

Nous pouvons apprendre tout au long de la vie grâce à la plasticité de notre cerveau. Cela signifie que le cerveau n’est pas « figé », il est capable de se modifier en créant de nouvelles connexions ou en réorganisant son réseau de neurones.

L’attention et la motivation influencent fortement la mémorisation. Il faut donc trouver des solutions pour améliorer l’attention et la motivation, en suscitant la curiosité ou en utilisant des supports ludiques (vidéo par exemple).

Qu’est-ce que le projet Neurosup ?

En 2009, Eric Gaspar, professeur de mathématiques crée le projet Neurosup dans le but de faire progresser les élèves en les aidant, grâce aux recherches en sciences cognitives, à apprendre plus facilement et avec plus de plaisir.

Pour cela, il préconise des bonnes pratiques comme :

Se replonger dans le cours le soir même où il a été abordé plutôt que la veille du prochain cours, c’est-à-dire quelques jours plus tard.

Réaliser une seule fiche de révision pour chaque chapitre plutôt que plusieurs feuilles car cela permet d’avoir une visualisation globale.

Organiser le contenu par catégories.

Utiliser les 5 dernières minutes du cours pour résumer le contenu étudié avec les élèves leur permet d’avoir une vision globale des concepts importants à retenir.
Pour en savoir plus : Neurosup – Projet de neuroéducation.

Les recherches sur le cerveau sont nombreuses et en constante évolution : tous les jours nous découvrons de nouvelles informations sur le cerveau. Il faut donc rester attentif à tout ça et peut-être qu’un jour, nous pourrons créer la formation parfaite.

Pour aller plus loin :

La neuroéducation dans le monde

– Le programme MBE (Mind, Brain and Education) : c’est une formation d’un an dispensée par la Harvard Graduate School of Education qui allie recherche sur le cerveau et pratique enseignante. Site web.

La Société Internationale pour l’esprit, le cerveau et l’éducation (IMBES) : c’est une association fondée en 2004 aux Etats-Unis. Site web.

Le Learning Lab Denmark : c’est un centre indépendant de recherche sur l’enseignement qui a été crée en janvier 2001. Il fait partie de l’université de l’éducation danoise. Ce centre de recherche étudie notamment la reconnaissance visuelle des mots. Site web.

Le Centre de transfert pour la neuroscience et l’apprentissage (ZNL) a été fondé en 2004 en Allemagne. Il aide à mettre en pratique les recherches effectuées dans le domaine des neurosciences. Site web.

La neuroéducation en France

L’Institut de Neurodidactique International (INI) : c’est un institut créé en 2012 à Collioure qui a pour but d’optimiser l’apprentissage et l’enseignement en utilisant les connaissances sur le fonctionnement du cerveau. Site web.

 Source image à la Une


 , , , ,

Articles similaires

Dico Pédago : Rapid Learning

  Raccourci de “Rapid e-learning developpement”, le rapid learning est une méthode de conception d’e-learning basée sur l’utilisation de contenus…


 6 commentaires


  • Roselyne

    Mais… ne savait-on pas déjà tout ça avant les neurosciences ? 
    Je ne suis pas du tout convaincue..
    Bravo pour votre site quand même.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.