Besoin d’un cadre pour concevoir une formation motivante ?

|  1 Commentaire

Premier article de Soufiane EL JAI, nouvelle recrue de Sydo !

« Quand l’appétit va, tout va ! »

À l’instar d’Obélix devant un sanglier entier rôti, tous les formateurs rêvent d’enseigner à des stagiaires désirant ardemment tout apprendre de leur discipline. Mais il faut bien l’admettre, la réalité est tout autre… Un apprenant ultra-motivé en début de formation peut perdre sa motivation en cours de route, la recouvrer après une séance où tout lui a réussi, et la reperdre immédiatement dès lors que des ennuis extérieurs à sa formation le rongent.

Eh bien non, aucun apprenant n’est Obélix, et aucun formateur n’est René Goscinny – c’est-à-dire capable de scénariser la formation parfaite pour ses stagiaires ! Bien heureusement, de nombreuses théories nous éclairent sur la motivation : nous leur avons consacré plusieurs articles et un livre blanc, Les mécanismes de la motivation en jeu dans l’apprentissage. Elles s’appuient sur des études rigoureusement menées et emportent l’adhésion de la communauté scientifique. Mais comment un formateur peut-il véritablement mettre de l’ordre dans tout cela pour en tirer profit dans sa pédagogie ?

« La motivation en contexte scolaire » de Rolland Viau

Un lecteur de notre livre blanc Les mécanismes de la motivation en jeu dans l’apprentissage prolongeait notre réflexion sur le sujet en évoquant « l’existence (depuis 30 ans) d’un travail de fond sur la motivation dans l’apprentissage : celui de Rolland Viau ».

En effet ! Ce professeur de l’Université de Sherbrooke propose un cadre de référence qui s’appuie sur des études majeures en sciences cognitives et donne les clés aux formateurs pour :

  • Comprendre comment fonctionnent les mécanismes de la motivation en contexte de formation
  • Identifier les signes de motivation et de démotivation des participants au cours d’une formation
  • Actionner les leviers les plus pertinents pour donner envie d’apprendre à leurs stagiaires.

Selon Rolland Viau, la dynamique motivationnelle provient de quatre types de facteurs :

 

Une méthode pédagogique n’influence donc que partiellement la motivation d’un élève. Ainsi, il serait vain de s’évertuer à atteindre la perfection. Même les approches pédagogiques les plus pertinentes ne répareront pas les dégâts sur la motivation engendrés par les autres facteurs. Néanmoins, tout ce qui est en lien avec le parcours de formation joue un rôle majeur : les activités pédagogiques proposées par le formateur, la relation entre le formateur et ses stagiaires, l’ambiance de travail au sein de la salle de formation ou encore le système de récompenses et de sanctions mis en place.

Rolland Viau rappelle que la motivation se compose de deux éléments : l’engagement cognitif – à savoir l’attention et l’intensité de réflexion – et la persévérance dans l’accomplissement de la tâche malgré les éventuelles difficultés rencontrées. Ce sont ces signaux que le formateur observe chez les apprenants et qui l’informent sur l’état de motivation de son auditoire.

Rolland Viau explique par ailleurs que la motivation dépend de trois types de perceptions que les apprenants ont de la formation proposée et qu’il résume en trois questions :

  • Pourquoi l’apprenant s’engagerait-il dans l’activité qu’on lui propose ? Quelle valeur cette activité a-t-elle à ses yeux ? Cette question est notamment développée dans la théorie VIE de Vroom.
  • Sent-il qu’il a les capacités de réussir l’activité ? Albert Bandura présente longuement ce point dans son ouvrage de référence Auto-efficacité : sentiment d’efficacité personnelle.

Pense-t-il disposer d’une autonomie suffisante dans l’activité ? À ce propos, n’hésitez pas à consulter la théorie de l’autodétermination de Deci et Ryan dans notre livre blanc sur Les mécanismes de la motivation en jeu dans l’apprentissage.

Comment appliquer concrètement ce cadre de référence dans votre formation ?

Ce modèle pourra influencer les trois moments clés de votre formation : avant, pendant et après.

Avant votre formation, projetez-vous à la place de vos apprenants et demandez-vous si ce que vous avez conçu comme parcours et activités pédagogiques a suffisamment de valeur perçue, est bien calibré en termes de difficulté, et si les stagiaires disposent d’une relative autonomie dans le déroulement du parcours.

Le jour J, pendant que vous présentez le contenu et que vous animez la formation, soyez à l’écoute et observez la façon dont est perçue la formation. Récoltez un maximum d’informations et rebondissez immédiatement, dans la mesure du possible, en variant le rythme, le ton ou le format des activités.

Vient enfin le moment de l’analyse après la formation. Sur la base de vos observations le jour J et sur d’éventuels sondages post-formation, évaluez votre formation selon les trois axes de Rolland Viau : comment a-t-elle été perçue en termes de valeur, de défi et d’autonomie pour les apprenants ? Ces informations vous aideront justement à rectifier vos prochaines activités pédagogiques.

Le cadre de référence de Rolland Viau est particulièrement pertinent s’il est utilisé de façon itérative pour rendre vos formations toujours plus motivantes pour vos apprenants !


 

Articles similaires

 Un commentaire


  • Jean Vanderspelden

    Merci cet article avec cette iconographie très claire sur les conditions (immanquablement fluctuantes) de la motivation des apprenants qui me conforte dans l’idée qu’un parcours de formation est plus riche et impliquant, en particulier, s’il comprend des activités d’apprentissage contraintes, SOUPLES et libres. Jean

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.