Les 8 bonnes résolutions de la veille

|  Laissez vos commentaires

Hier j’ai décidé de me lancer pour de bon dans la quête de l’info. Mon objectif ? Être à peu près au courant de tout sur tout et notamment éviter ce genre de réflexion un peu énervante : « Sérieux tu connais pas ? Nan mais allo quoi ! ».

Tout le jour, l’esprit combatif, je me suis donc lancé corps et âme dans cette tâche en ingurgitant toute forme d’information qui se présentait à moi. Et autant vous dire qu’aujourd’hui c’est déjà l’overdose. Même le JT de Jean Pierre Pernaut me donne la nausée. C’est dire !

Mais alors, comment faire pour devenir un veilleur accompli sans s’épuiser ?

 

# Règle n°1 : Commencez doucement

Rome ne s’est pas faite en un jour, alors allez-y doucement. Pour commencer, sélectionnez simplement trois thèmes : par exemple, un thème sur l’actualité en générale, un thème propre à votre activité et un dernier thème sur un centre d’intérêt. Puis pour chaque thème sélectionnez une ou deux sources, pas plus. Si vous prenez le réflexe de les consulter régulièrement c’est déjà très bien ! Et quand vous vous sentirez plus à l’aise ajoutez des sources d’information.

# Règle n°2 : Faites le tri

Internet regorge d’information. Chaque minute, ce sont en effet des millions de contenus qui y sont publiés. Un petit tri s’impose donc pour éviter les fameuses « fake news » et ne pas se laisser submerger. Voici quelques critères à prendre en compte pour bien sélectionner une source d’information :

Critère 1 : la fiabilité

Votre source est fiable si vous pouvez clairement identifier la provenance de l’information. Alors que la presse universitaire et les périodiques spécialisés s’avèrent généralement rassurants, cela devient plus compliqué pour les contenus en ligne. Prenez donc soin de bien analyser le nom de domaine de votre source en privilégiant les sites reconnus comme les sites gouvernementaux ou les sites universitaires. En revanche, méfiez-vous des sites anonymes et des forums où certains internautes ont tendance à s’enflammer et à raconter n’importe quoi.

 

Critère 2 : la crédibilité

On le sait, sur internet n’importe qui peut raconter toutes les absurdités qui lui viennent en tête tout en se faisant passer pour un expert. Il devient donc primordial d’étudier la crédibilité de l’auteur de la source, autrement dit, sa notoriété sur le sujet abordé. Posez-vous donc les bonnes questions ! Par exemple, l’auteur a-t-il écrit d’autres articles sur le sujet ? Ou encore : est-il cité par d’autres experts ?

« La lune c’est pas un satellite, on capte pas les chaînes avec » Hillary (Les Ch’tis)

Critère 3 : la pertinence

Bon, très bien, votre source semble fiable et crédible. Intéressez-vous maintenant à sa pertinence ! Assurez-vous que cette source d’information corresponde à votre besoin. Quand vous demandez à quelqu’un s’il va bien, qu’attendez-vous ?  Un « ça va » ou son dossier médical ? De plus, vérifiez que cette source est toujours d’actualité (notamment si vous évoluez dans un environnement très changeant) et intéressez-vous à son contexte (dans quelles circonstances l’article a-t-il été rédigé ? L’auteur donne-t-il son opinion ou présente-t-il des éléments factuels ?)

Si une source d’information ne répond pas à un de ces trois critères, oubliez-la ! Pour en savoir plus sur l’évaluation des sources, rendez-vous ici.

 

# Règle n°3 : Automatisez

Quand on parle de veille, il convient de distinguer le « pull » et le « push ». Le « pull » c’est pour ceux qui aiment aller chiner de l’information sur l’immense marché de l’internet, ce qui prend beaucoup, mais alors beaucoup de temps. Les plus pressés préfèrent donc le « push ». En gros, il s’agit de vous faire livrer directement l’information dans votre boîte mail ou votre agrégateur de flux RSS. Seul petit hic, tous les sites ne proposent pas un abonnement à leur flux RSS ou à leur newsletter. Rassurez-vous, il existe fort heureusement des solutions comme Feedity ou encore fivefilters qui vous offrent la possibilité de créer vous-même un flux RSS sur les sites en question. Vous avez également la possibilité de mettre en place des « Google Alertes » en sélectionnant des mots-clés pertinents relatifs au sujet qui vous intéresse ! Si vous souhaitez en savoir plus sur comment créer des flux RSS, rendez-vous sur cet article.

 

# Règle n°4 : Rassemblez

Être obligé de se rendre sur sa boîte mail puis sur son agrégateur de flux RSS pour faire sa veille, ce n’est pas très pratique ! La solution est donc de tout réunir au même endroit.

Pour ma part, j’ai décidé de rassembler mes sources dans mon agrégateur de flux RSS. Pourquoi ? Parce que le problème avec la veille par courriel, c’est qu’à terme vous risquez l’explosion de votre messagerie et donc de passer à côté de vos mails importants. Or, vous ne rencontrerez pas ce problème si vous décidez de gérer votre veille sur une plateforme extérieure à votre messagerie, soit un agrégateur de flux RSS.

En plus, techniquement, il est plus aisé de passer du mail au flux RSS plutôt que l’inverse :

  • En ce qui concerne premièrement les Google alertes, vous pouvez les recevoir par flux RSS directement en modifiant les paramètres de votre alerte.
  • Pour les newsletters, le site kill-the-newsletter.com vous permet de les recevoir sous la forme de flux RSS. L’ennui avec cette méthode est que vous devez fournir à l’auteur de la source une fausse adresse mail pour recevoir votre flux. Il est donc important de restreindre l’utilisation de cet outil à la conversion des newsletters en flux RSS !

 

# Règle n°5 : Capitalisez

En vous perdant dans les méandres d’Internet, vous êtes tombé sur un article super intéressant et vous aimeriez bien l’archiver quelque part ? Vous avez bien sûr la possibilité de l’ajouter à vos favoris, mais il existe aujourd’hui des outils d’archivage et d’organisation des informations trouvées beaucoup plus intéressants. C’est le cas par exemple de Symbaloo, Bunkr, Delicious ou encore Diigo. Pour ma part, j’ai choisi une extension de Chrome qui s’appelle Pocket.

# Règle n°6 : Ne réinventez pas la roue

A moins que votre sujet de veille soit aussi spécifique que les compétitions de meuglement au Wisconsin, il y a de grandes chances que d’autres personnes aient le même besoin en information que vous et aient donc déjà réfléchi à un dispositif de veille efficace. On les appelle les curateurs ! (Voir notre article sur Scoop.it). C’est le cas par exemple de l’université de Rennes 2 qui met à disposition gratuitement (ici) ses astuces de veille et sources d’information dans le domaine de l’éducation.

 

# Règle n°7 : Bavardez

C’est peut-être mon côté sentimental, mais papoter avec sa voisine ou ses collègues, c’est super important pour être au courant de ce qui se passe. Faire de la veille ce n’est pas uniquement rester planté devant son ordinateur ou avoir le nez dans les journaux. Ainsi, lors de votre prochaine pause, allez donc prendre votre café avec vos collègues et osez lancer un sujet qui vous intéresse particulièrement (sauf s’il s’agit des compétitions de meuglement au Wisconsin), vous pourriez obtenir des informations intéressantes !

 

# Règle n°8 : Restez humble

Même en étant un veilleur accompli, vous passerez toujours à côté de certaines informations et devrez encore subir le sourire dédaigneux et narquois du gars ou de la fille qui sait, pour qui c’est une évidence : « Nan mais allo, comment tu as pu passer à côté de ça ? Genre tout le monde en parle ! ». Eh bien c’est à ce moment-là que vous devrez vous souvenir de la règle n° 7 ! Osez poser des questions, vous avez le droit de ne pas savoir, vous êtes un être humain après tout ! Et puis si la personne en face n’est pas réceptive, vengez-vous et dégainez toutes vos connaissances sur les compétitions de meuglement au Wisconsin !

 

Conclusion

Eh bien voilà, je crois que je vous ai tout dit sur ce qui me paraît important pour mettre en place une veille efficace. Cela demande certes d’y consacrer un peu de temps mais finalement on se simplifie beaucoup la vie. Ce que j’ai retenu de cette expérience c’est surtout d’y aller mollo au départ et de ne pas se reposer sur ses lauriers. Aussi efficace soit votre dispositif de veille, il est important de rester curieux et ouvert à la conversation pour se tenir au jus !

 


 ,

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.