Le BYOD : venez comme vous êtes

|  Laissez vos commentaires

BYOD est un des (trop) nombreux acronymes de la formation du nouveau monde qui signifie « Bring Your Own Device », ou « Apporte ton propre matériel » en français. On vous dit tout de cette pratique de formation !

 

Le BYOD, qu’est-ce que c’est ?

 Le BYOD est un phénomène apparu aux États-Unis et qui propose d’intégrer ses outils numériques personnels dans sa vie professionnelle. On vous en parlait déjà dans cet article, consacré au BYOD dans le milieu scolaire. En formation, cela veut dire que les apprenants vont être formés directement sur leurs propres outils numériques : ordinateurs, smartphones ou tablettes.

 

Quel est l’intérêt du BYOD ?

2 raisons peuvent pousser un formateur à utiliser cette méthode :

  • La formation porte sur l’usage d’un logiciel ou d’une application : dans ce cas, le plus efficace est bien sûr de former l’apprenant sur le même appareil que celui qu’il a l’habitude d’utiliser. Il n’y aura ainsi pas de temps nécessaire pour la prise en main d’un nouveau matériel, et les formés ne seront pas perdus quand ils utiliseront le logiciel ou l’application chez eux.
  • Court-circuiter l’usage des appareils : ne nous le cachons pas, les formés sont de plus en plus sollicités dans leur quotidien, et une formation ne fera pas exception : vérifier ses mails, consulter les réseaux sociaux, etc. sont des pratiques très courantes. Pour regagner l’attention de ses formés, le formateur peut par exemple réaliser des quiz, des jeux et des sondages auxquels les formés répondent via leur smartphone. L’utilisation intempestive du matériel pour faire autre chose n’est ainsi plus possible !

 

L’astuce entreprise : comment bien gérer le BYOD ?

Le modèle BYOD est intéressant d’un point de vue pédagogique, mais aussi parce que l’entreprise ou le formateur indépendant n’ont pas besoin d’investir dans du matériel numérique. Attention cependant : les formés ne sont pas toujours équipés et lorsqu’ils le sont, ils ne maîtrisent pas forcément leurs propres outils. Nous vous conseillons ainsi de toujours prévoir une solution de remplacement aux activités qui nécessitent d’utiliser le matériel des formés.


 

Raphaël LAUER

  • Diplôme d’ingénieur en Sciences Cognitives – Ecole Nationale Supérieure de Cognitique de Bordeaux (ENSC)

A l’école, j’ai toujours eu l’impression qu’on cherchait à faire des « têtes bien pleines » plutôt que des « têtes bien faites ». Ouais… Pas très utile. On pourrait essayer de faire mieux, non ? C’est ça qui m’intéresse dans la pédagogie : chercher de nouvelles méthodes et de nouveaux outils pour se construire intellectuellement et arrêter de faire apprendre un tas de trucs qui, au final, ne servent qu’à passer un diplôme ou valider une formation.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.