Les mardis de la mémoire #1 – La mémoire, qu’est-ce que c’est ?

|  Laissez vos commentaires

La mémoire est un des piliers de l’apprentissage. Pourtant, son fonctionnement est parfois peu connu des enseignants et des formateurs. Avec ce nouveau dossier, nous vous présentons toutes les semaines un aspect de notre chère mémoire, qui n’aura bientôt plus aucun secret pour vous !

 

Lorsqu’on parle de mémoire, il faut différencier 2 choses. D’un côté, il y a la mémoire dont nous parlons dans la vie de tous les jours, cette espèce de gros coffre fort dans lequel on garde précieusement tous nos souvenirs. D’un autre côté, la mémoire est vue comme un processus composé de 3 fonctions cognitives. Faisons un tour rapide de ces 3 fonctions.

 

ETAPE 1 : L’ENCODAGE

 On capte tout un tas d’informations grâce à nos 5 sens : vue, odorat, toucher, goût et ouïe. Mais avant d’enregistrer ces informations en mémoire, notre cerveau doit leur donner du sens. Par exemple, lorsqu’on voit une pomme, on l’associe aux notions « fruit », « rond », « rouge ». L’encodage vise donc à donner du sens à l’information qu’on perçoit.

illu_memoire_01_01

Comment favoriser l’encodage chez vos formés ?

Deux stratégies sont incontournables pour favoriser l’encodage :

  • Faire des liens entre les nouvelles informations que vous apportez et des choses que savent déjà les formés.
  • Catégoriser les informations pour aider les formés à structurer les contenus que vous leur transmettez

 

ETAPE 2 : LE STOCKAGE

 Une fois que l’information est mise en mémoire, il faut la conserver, la faire durer dans le temps. Le stockage est un processus actif de consolidation, qui protège les souvenirs de l’oubli : c’est un peu comme si notre cerveau se répétait une information régulièrement pour ne pas l’oublier, sans que nous en ayons nous-même conscience.

illu_memoire_01_02

Comment favoriser le stockage chez les formés ?

Il peut être intéressant, surtout sur des formations longues, de prendre régulièrement un temps pour rappeler des éléments déjà vus. Le mieux est de « forcer » les formés à se souvenir de manière ludique, avec un quiz ou un jeu par exemple.

 

ETAPE 3 : LA RESTITUTION

On veut pouvoir, à tout moment, utiliser une information qu’on a précédemment mise en mémoire. Pour cela, on fait appel à des processus qui permettent d’extraire une information de sa mémoire : c’est la restitution. Cette restitution est liée au premier processus d’encodage : plus le souvenir sera bien codé, organisé, structuré, plus il sera facile de le retrouver.

illu_memoire_01_03


 , , , ,

Raphaël LAUER

  • Diplôme d’ingénieur en Sciences Cognitives – Ecole Nationale Supérieure de Cognitique de Bordeaux (ENSC)

A l’école, j’ai toujours eu l’impression qu’on cherchait à faire des « têtes bien pleines » plutôt que des « têtes bien faites ». Ouais… Pas très utile. On pourrait essayer de faire mieux, non ? C’est ça qui m’intéresse dans la pédagogie : chercher de nouvelles méthodes et de nouveaux outils pour se construire intellectuellement et arrêter de faire apprendre un tas de trucs qui, au final, ne servent qu’à passer un diplôme ou valider une formation.

Articles similaires

Dico Pédago : Ergonomie

  En formation, l’ergonomie consiste à adapter tous les dispositifs pédagogiques, et notamment les interfaces des outils numériques, aux besoins…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *