3 astuces pour intéresser 120 gamins

|  1 Commentaire

Chaque année, nous avons la chance d’être présents sur différents “mondial des métiers” pour y animer un jeu sur la découverte de l’entreprise.
Chocofactory, c’est son nom, permet aux élèves de collège et lycée, de jouer autour des différents services de l’entreprise en se servant d’un exemple simple, une usine de chocolat.

Un quiz très efficace pour apprendre en s’amusant ! Seulement voilà, comment garder 120 jeunes attentifs et leur donner envie de participer ? Voici un retour d’expérience qui pourra sans doute vous être utile.

1 – Une attention absolue ? Même pas en rêve

Non, ne rêvez pas, sur 120 élèves vous n’aurez jamais l’attention de tous au même moment. L’effet de groupe ou encore le cadre (sortie scolaire) peut rapidement pousser ces charmants bambins à faire attention à tout sauf à vous… Mais le fait d’en avoir conscience est déjà un grand pas ! Prenez du recul, faites-vous plaisir, mais surtout ne vous transformez pas en gendarme, au risque de perdre toute forme d’attention.

2- Faites des équipes

Quand le public est aussi important, il vaut mieux le diviser en équipe ! Nous voilà donc avec 12 équipes de 10, avec 1 responsable par équipe. Ça n’a l’air de rien, mais ça présente quelques avantages :

– Vous n’êtes plus devant 120 personnes, mais seulement devant 12 chefs d’équipes. Tachez d’intéresser ces 12 personnes là et vous intéresserez les autres par capillarité. Et avouez que c’est tout de suite moins impressionnant ?!

– Vous responsabilisez la masse. Le chef d’équipe est en charge de son groupe, et croyez-moi, ils prennent cette tâche très à coeur ! Il est d’ailleurs amusant de voir comment chacun d’entre eux utilise son nouveau pouvoir.

– On ne joue plus seulement pour gagner mais pour battre les autres. Une motivation surdéveloppée à cet âge là. Tant mieux, servez-vous de ça pour les faire réfléchir. Par exemple, donnez les informations importantes avant même de leur donner la réponse. Car vous pouvez être sûr que de toute façon, personne ne vous écoutera une fois la réponse donnée.

3 – Sortez du cadre scolaire

Si vous ne voulez pas passer pour un prof, il faut sortir du cadre scolaire.

– Arrangez-vous par exemple, pour créer une équipe de profs au milieu des autres. Tout le monde au même niveau !

– Faites-les gagner. Tous ! À la fin de Chocofactory, nous révélons, sans compter les points, qu’en réalité tout le monde a gagné et repartira avec des bonbons. Pas de classement, pas de dernier de la classe. On n’est pas à l’école !

On peut rapidement se faire tout un monde d’une animation comme celle-là. Je n’ai pas dérogé à la règle… Mais avec ces quelques astuces, tout est devenu beaucoup plus amusant !

Vous avez des combines à partager ? Commentez cet article !


 , , , ,

Articles similaires

Que l’AFEST commence

Définition   L’AFEST, ou Action de Formation en Situation de Travail, est une modalité de formation au sein de laquelle…


 Un commentaire


  • remi

    Au dernier tiret du 2-faites des équipes, vous souligner que les jeunes veulent « battre les autres ». Vous conseillez ensuite de « donnez les informations importantes avant même de leur donner la réponse ». En quoi dominer (humilier, exclure) les autres est une motivation suffisante pour réfléchir ? Votre conseil illustre notamment une autre motivation d’apprentissage. Vous conseillez de révéler les informations importantes sauf la réponse : Justement, les jeunes adorent créer du sens dans « le chaos » (d’où la nécessité d’inventer des histoires, cf « L’espèce fabulatrice » de Nancy Huston). Ils prendront plaisir à trouver la réponse à partir des éléments données, et ce, de manière autonome (cf le flow, de Csíkszentmihályi). Vous pouvez donc insister sur leurs compétences (innées) de création. ——— Pour les intéresser, il leur suffit d’un rien : Racontez une situation problématique, avec toutes les clés de compréhension, et hop, les enfants vous déversent un flot de réponses. Les réponses pertinentes seront celles qui ont été valorisées par le groupe de camarades. Le plaisir de vient pas de « battre l’autre », mais d’être reconnu à ses yeux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.