Les étudiants co-créent l’enseignement et l’apprentissage

|  Laissez vos commentaires

Le principe

 
Et si on laissait la place à nos apprenants dans la construction du matériel pédagogique ?
 
L’idée est que les étudiants et les enseignants collaborent pour créer leurs propres expériences d’apprentissage. Les enseignants peuvent fournir des instructions et des ressources, mais c’est aux étudiants de décider comment se concentrer sur l’apprentissage et de développer leurs compétences. Les étudiants sont encouragés à prendre des initiatives et à participer à la discussion et aux activités dans une atmosphère d’autonomie.
 
Open University encourage également les étudiants à explorer des voies de recherche indépendantes et à partager leur apprentissage avec les autres>. Ils peuvent également participer à des projets et à des cours en ligne, ainsi qu’à des ateliers et des séminaires
 
Nous sommes en plein dans la gamme des pédagogies basées sur l’apprentissage actif, qui a fait ses preuves théoriquement et en pratique. Deux plus-values concernant cette innovation.
 
La première est qu’elle engage l’apprenant de manière significative, augmente son intérêt et sa motivation. Cela renvoie fortement à l’un des trois principes de la théorie de l’autodétermination de Déci et Ryan sur cette volonté de choix et de contrôle dans l’apprentissage. En donnant la possibilité aux apprenants de choisir et de contrôler leurs apprentissages, on augmente fortement leur motivation intrinsèque à apprendre. De plus, on développe leur esprit critique ainsi que leur méta-cognition vis-à-vis de la situation d’apprentissage.
 
Deuxièmement, il a été montré que plus l’apprenant est actif vis-à-vis de son apprentissage, plus sa rétention augmente.
 
Nous avons déjà mentionné l’intérêt de l’apprentissage par projet, qui place l’apprenant dans une réelle posture d’activité. Open University propose d’autres pistes comme la co-création et la co-conception des étudiants concernant les cours enseignés à l’université. Cette initiative s’est révélée être un succès au sein de l’université, les étudiants rapportant être enthousiastes.
 

Les limites apportées par Open University

 
Les étudiants doivent cependant être fortement impliqués et avoir les compétences nécessaires pour mener à bien les différents projets. Ou en tout cas être suffisamment accompagnés par les enseignants… qui peuvent parfois être réfractaires à cette approche puisqu’elle implique de ne pas être maître de son déroulé pédagogique.
 
Ainsi, il ne suffit pas de proposer aux étudiants de réaliser ce genre de projets, mais bien de leur fournir les ressources et les enseignants pour les mener à bien.
 
De plus, cette approche peut ne pas être adaptée à tous les types d’apprentissage et de sujets. Il peut être difficile de déterminer le bon type d’activité et de projet pour chaque sujet et chaque étudiant.
 
Il peut également être compliqué de trouver le juste équilibre entre la liberté et le contrôle des étudiants. Les enseignants doivent avoir le bon équilibre entre le soutien et l’encouragement des étudiants et le maintien d’un niveau de qualité approprié pour leurs projets.
 
La recherche scientifique sur cette approche est encore limitée. Il est nécessaire de continuer à chercher et à expérimenter pour développer des directives et des outils pour la mise en œuvre de l’apprentissage co-créé.
 

Voici une bibliographie pour aller plus loin :

 
– Bovill, C. (2020). Co-creation in learning and teaching: The case for a whole-class approach in higher education. Higher Education, 79, pp. 1023– 1037. Available at: https://link.springer.com/article/10.1007/s10734- 019-00453-w
– Mercer-Mapstone, L., Dvorakova, S. L., Matthews, K., Abbot, S., Cheng, B., Felten, P., Knorr, K., Marquis, E., Shammas, R., & Swaim, K. (2017). A systematic literature review of students as partners in higher education. International Journal for Students as Partners, 1(1). Available at: https://mulpress.mcmaster.ca/ijsap/article/ view/3119

 
 
 


 , , ,

Aymeric Debrun

  • Diplômé de Sciences Po Lyon – Master Coopération internationale et aide au développement

Découvrir un domaine inconnu, une nouvelle idée, une information ignorée. Se mettre à lire, étudier, analyser, comprendre. Puis approfondir, creuser, se passionner. Et enfin intriguer, intéresser, expliquer, transmettre. Et recommencer.

Un chemin maintes et maintes fois parcouru aussi bien dans ma vie personnelle qu’étudiante. Chez Sydo, j’ai trouvé un travail pour continuer à l’arpenter et faire de ce chemin… un schéma pédagogique.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.