PEDAGOGO #26 – JEAN-MARC-GASPARD ITARD

|  Laissez vos commentaires

Chaque lundi, nous vous proposons de voyager dans l’Histoire de la pédagogie, à travers les portraits des plus grands pédagogues et théoriciens qui ont influencé nos modèles contemporains.

Jean-Marc-Gaspard Itard, c’est qui ?!


Né en 1774 à Oraison, dans les Alpes-de-Haute-Provence, Jean Itard est le fils d’un important négociant de Marseille. Alors que son père le destine à une carrière dans le commerce, c’est pourtant vers un tout autre domaine, la médecine, qu’il se tourne finalement.

D’abord aide-chirurgien auprès du directeur de l’hôpital militaire de Toulon pendant le siège de la ville, il monte ensuite à Paris pour suivre au Val de Grâce les cours de chirurgie de Dominique-Jean Larrey, père de la médecine d’urgence, et réussit le concours de chirurgien de deuxième classe. En 1800, il est promu médecin-chef de l’Institution Impériale des sourds-muets.

C’est là qu’il croise la route d’un « enfant sauvage » ayant grandi loin de la civilisation, qui ne parle pas et qui fut capturé dans une forêt de l’Aveyron. Alors que de nombreux scientifiques de l’époque pensent l’enfant incapable de progresser, Itard entreprend de l’éduquer, animé par la conviction que la fatalité n’existe pas, que l’éducation peut transcender toutes les inadaptations, et qu’elle est, avec la culture, ce qui transforme véritablement un être humain en Homme.

Avec l’enfant sauvage, qu’il baptise Victor, Itard expérimente et cherche à mettre en place une méthode d’éducation qui permettrait de dépasser les « déficiences » de son élève, dont il espère tout particulièrement développer les fonctions linguistiques et cognitives.

Passionné par son entreprise, il s’inspire notamment des réflexions de Locke et de Condillac pour penser son modèle éducatif. Véritable bricoleur pédagogique, il n’a de cesse d’inventer de nouveaux outils et de nouvelles situations pédagogiques, jetant au passage les bases d’un modèle éducatif rationnel et méthodique basé sur la discipline et la progression graduelle au travers d’exercices de difficulté croissante.

Itard consigne ses découvertes, ses progrès, ses doutes et ses questionnements sur les limites de l’éducation dans deux textes : « Mémoire sur les premiers développements de Victor de l’Aveyron » (1801) puis « Rapport sur les nouveaux développements de Victor de l’Aveyron » (1806). François Truffaut en tirera d’ailleurs un film, « L’Enfant sauvage », en 1970.

Bien que son travail auprès de Victor n’ait finalement pas été aussi fructueux qu’espéré, Itard poursuivra ses recherches sur l’éducation des enfants pour lesquels le système est inadapté, en particulier les enfants sourds et muets. Médecin, scientifique et pédagogue de terrain, il laisse derrière lui de nombreux textes intéressants tant dans le domaine de la médecine que dans celui de la pédagogie.
 

Et Itard, ça donne quoi aujourd’hui ?

 
Outre ses travaux pré-cités, Itard est aujourd’hui considéré comme l’un des pionniers de l’oto-rhino-laryngologie (ORL), et comme le créateur de la première école française d’une de ces trois spécialités : l’otologie (tout ce qui a trait aux pathologies de l’oreille). Ses travaux ont servi de base au développement du champ de la psychiatrie de l’enfant, et il est également à l’origine de la première description médicale des tics liés à ce qui sera par la suite baptisée « maladie de Gilles de la Tourette ».

Au-delà de la médecine, Itard laisse aussi derrière lui des réflexions et expérimentations en matière de pédagogie qui donneront ensuite naissance au courant de l’éducation spécialisée (éducation d’enfants et adolescents présentant des déficiences psychiques, physiques ou des troubles du comportement).
 

Quelques ouvrages de Jean-Marc-Gaspard Itard à consulter :

– Mémoire sur les premiers développements de Victor de l’Aveyron (1801)
– Rapport sur les nouveaux développements de Victor de l’Aveyron (1806)
– Mémoire sur le bégaiement, Journal universel des sciences médicales (1817)
– Traité des maladies de l’oreille et de l’audition (1821)

 
 


 , , , , ,

Emmanuelle Veron

  • Master 2 en Sciences du Langage, spécialité Didactique du FLE – UGA et CNED
  • Diplômée de Sciences Po – Master Affaires Internationales

Depuis toute petite, j’adore découvrir et apprendre de nouvelles choses. De l’actualité à la grammaire d’une langue étrangère en passant par les neurosciences, tout m’intéresse (ou presque) ! Je suis aussi fascinée par le langage sous toutes ses formes : les livres, les langues, les images ou la musique sont pour moi autant de moyens complémentaires de transmettre des connaissances et des émotions.
Comprendre, expliquer, donner envie d’apprendre grâce à des supports ludiques et innovants : autant de missions qui me passionnent et qui sont au cœur du travail chez Sydo.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.