PEDAGOGO #18 – IVAN PAVLOV

|  3 Commentaires

Chaque lundi, nous vous proposons de voyager dans l’Histoire de la pédagogie, à travers les portraits des plus grands pédagogues et théoriciens qui ont influencé nos modèles contemporains.

Pavlov, c’est qui ?!

Né en 1849 dans l’Empire russe, Ivan Pavlov est un médecin et docteur en physiologie animale. Fasciné depuis sa jeunesse par les études d’Ivan Setchenov sur les réflexes, Pavlov se passionne pour cette thématique et développe ses propres expérimentations, la plus célèbre étant l’étude du réflexe de salivation menée sur son chien. Pavlov faisait ainsi tinter une cloche tous les jours avant de servir le repas à son chien, qui se mettait systématiquement à saliver. Au fil des jours, Pavlov remarque que sans même qu’il ne présente de repas à son chien, celui-ci se met à saliver simplement en entendant la sonnette tinter.

Ce que met en évidence Pavlov, c’est qu’en associant plusieurs fois un stimulus neutre (la sonnette) à un stimulus naturel (le repas servi) afin de créer une réaction du corps (la salivation), le stimulus neutre suffit à provoquer la réaction attendue.

Pavlov qualifie alors ce comportement de « réflexe conditionnel ». Il met ainsi en évidence un processus d’apprentissage valable également pour l’être humain, l’apprentissage par l’acquisition de réflexes.

Et Pavlov, ça donne quoi aujourd’hui ?

Comme chez l’animal, l’être humain acquiert des réflexes par la répétition d’une action. La découverte de Pavlov ouvre ainsi la voie à de nombreuses recherches et initie un mouvement majeur en psychologie comportementale, le béhaviorisme.

Tandis que le réflexe découvert par Pavlov est appelé « conditionnement classique », c’est-à-dire que le réflexe en jeu est physiologique et involontaire (la salivation, la phobie, etc.), des études ultérieures en ont mis en évidence d’autres types de réflexes, notamment le « conditionnement opérant » de Skinner, basé cette fois sur l’acquisition d’un comportement réfléchi de la part du sujet.

Le conditionnement classique est aujourd’hui utilisé dans les psychothérapies pour lutter contre les phobies. Le principe de stimulus-réponse est également mobilisé dans les campagnes de sensibilisation, afin de faire prendre conscience d’un danger, comme la sensibilisation à la sécurité routière.

Les 6 manuels d’Ivan Pavlov à consulter :

– Le travail des glandes salivaires
– Réflexes conditionnels

Dans la même veine, quelques articles Sydologie où on en parle :

Notre livre blanc sur les 5 grandes théories de l’apprentissage
http://sydologie.com/outils/projet-voltaire%e2%80%af-quand-les-neurosciences-servent-la-cause-de-lorthographe/


 , , , ,

Soufiane El Jai

  • Master en management – EM Lyon

De l’école au travail, tous les savoirs et les compétences m’ont toujours fasciné ! J’ai l’intime conviction que n’importe qui peut se passionner pour n’importe quel sujet si on le lui présente d’une manière passionnée et passionnante. Tel est aussi le sens de mon travail chez Sydo. En équipe, nous mettons tout en œuvre pour créer des formations toujours plus innovantes et engageantes !

Articles similaires

 3 commentaires


  • Lucie

    Il y a quelques erreurs de copier-coller, principalement dans les sous-titres, par rapport à Confucius 😉
    Mais sinon, merci pour ces articles, toujours très intéressants !

    Répondre

  • BARON Marine

    Bonjour,

    Serait-il possible d’avoir une confirmation à notre inscription à votre newsletters ?

    Cordialement.

    Répondre

    • Aymeric Debrun

      Bonjour,

      Vous êtes bien inscrite mais notre newsletter est actuellement en chantier.

      Bonne journée.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.