Shandy-sans

|  Laissez vos commentaires

Ça y est je l’ai ! Ma propre police d’écriture manuscrite : Shandy-sans.

Ce n’est sûrement pas du grand art, mais j’en suis très content. Vous voulez savoir pourquoi ? Mais attendez, au fait, pourquoi parler de la création d’une police d’écriture dans un magazine sur l’innovation pédagogique ? Soyez un peu patient, m’enfin.

Les typos manuscrites, typées bandes dessinées, ne sont pas si nombreuses sur le marché , surtout si vous n’êtes pas prêts à lâcher quelques euros. Parmi celles-ci, tout le monde a en tête la fameuse police Comic sans MS (non cette police n’est ni moche ni « nulle », c’était même une petite prouesse à l’époque, en plus d’être une superbe idée), et peut-être Amatic SC, Komika ou Patrick Hand, que j’ai personnellement beaucoup utilisés.
 

 
Mais d’ailleurs pourquoi « sans » ? On met « sans », dans le nom d’une police, quand il n’y a pas de « serif », les petits traits qu’on retrouve parfois en bas des lettres. Et le « MS », dans Comic sans MS ? C’est simplement le diminutif de « Microsoft ».
 

 

Pourquoi vouloir sa propre police ?

 
Chez Sydo, les illustrations sont faites « main ». Et quoi de mieux pour accompagner nos petits Mickey qu’une écriture « à la main » et originale (entendez par là, une écriture pas vue et revue ailleurs) ?

Pendant un moment, pour notre série Dessine-Moi l’Éco (RIP), nous avons tenté de « bricoler » notre propre police en trichant : à la manière d’un corbeau qui colle ses lettres découpées dans la presse locale une à une, nous avons perdu des heures à copier-coller des lettres dessinées à la main.
 

 
Pourquoi ne pas juste écrire ces textes à la main me direz-vous ? Nous sommes plusieurs illustrateurs chez Sydo, et chacun à sa propre écriture. Déjà que dessiner dans le style d’une autre personne, ce n’est pas simple, alors copier l’écriture manuscrite… (petite pensée à mon ancien pion au collège qui a bien décelé l’embrouille quand il a vu le mot de ma chère « maman » justifiant mon absence).

Au bout de deux ou trois vidéos, nous avons abandonné. Trop long, surtout quand il y a des changements de textes à effectuer en urgence. Le projet a alors été avorté, pour quelques années seulement…
 

Comment dessiner une police d’écriture ?

 
Il y a encore peu de temps, dessiner une police d’écriture « manuscrite » était un exercice difficile et technique (et je ne parle pas des polices d’écriture « classiques », comme Arial ou Garamont, qui demandent de longs mois, voire des années de développement).

Les logiciels s’adressaient à des professionnels, et les tutos Youtube étaient alors inexistants. Par ailleurs, ces polices présentaient une importante faiblesse : leur aspect, très lisse, du fait de ces mêmes logiciels qui obligent à dessiner les lettres par leurs contours.
 

 
Les logiciels qui permettent de créer ces polices d’écriture montrent vite leurs limites, notamment si vous souhaitez vous démarquer du lot ou encore donner l’impression que le texte a été dessiné à la main.

Après avoir fait quelques essais, le rendu général était loin de mon écriture irrégulière, et ne me satisfaisait pas. J’ai aussi testé une solution en ligne qui proposait de transformer un scan de mon écriture en police, mais le résultat res sse M lai tà Ça…
 

Font Self Maker, the game changer

 
Il y a peu, un nouveau petit logiciel très abordable est sorti, FontSelf Maker (il faut quand même payer la suite Adobe, ce qui relativise le côté bon marché de cette solution, je vous l’accorde). Le gros changement apporté par ce nouvel outil, c’est qu’on peut maintenant dessiner une police avec des formes, et non plus seulement par ses contours.
 

 
Et ça change tout !

Et en plus de ça, le logiciel fait quasiment tout à notre place. Je vous passe les détails, mais si une police met tant de temps à être créée, ce n’est pas pour rien ! Résultat : en l’équivalent d’une pause-café d’illustrateur, soit une demi-journée de travail d’un consultant, on peut avoir notre propre police !

Maintenant je gagne un temps fou ! J’ai MA police qui sort de l’ordinaire et je n’ai plus besoin d’écrire à la main, et de transpirer à chaque changement de texte improvisé dix minutes avant la livraison. Et quand je m’en serai lassée, il ne me faudra que quelques heures pour en avoir une nouvelle. C’est magique !

Si vous voulez utiliser cette typo, ou si vous êtes seulement des petits curieux, n’hésitez pas à la télécharger ici. Elle est entièrement gratuite pour tous les projets éducatifs, ou encore pour vos projets personnels.
 
 
C’est ma tournée : à vous de jouer !
 
 
 


 , ,

Sébastien Martin

  • Diplôme d’illustrateur concepteur, option bande dessinée à l’école Emile Cohl

Pourquoi je n’ai jamais arrêté de dessiner depuis tout petit ? Parce que crayons et papiers ont été mes meilleurs alliés pour partager mes idées, mais aussi pour mémoriser ce que je vois ou entends autour de moi. Sans eux, ma scolarité aurait été bien plus triste et ennuyeuse, et je suis ravi aujourd’hui de les mettre au service de Sydo et de sa folle ambition : rendre notre monde compréhensible par tous !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.