3 bonnes raisons d’utiliser la vidéo en formation

|  3 Commentaires

La vidéo est un formidable outil pour enrichir votre formation. Sans toutefois substituer votre rôle de formateur, elle attise la curiosité de vos apprenants et donne du relief à vos cours. Youtube, Dailymotion, mais aussi les conférences TED et les logiciels de création : les possibilités pour intégrer une vidéo éducative à un cours plus théorique sont larges. Internet a sonné le glas des documentaires institutionnels et ouvert la porte à plus de liberté et d’originalité pour illustrer un sujet. Voici 3 bonnes raisons d’utiliser la vidéo dans le cadre de vos formations.

Un support attractif

Les supports visuels (images, pictogrammes, schémas, photographies…) sont d’excellents moyens pour illustrer, matérialiser, décomposer ou éclaircir concepts et mécanismes… Si votre classe est très attentive, vous pouvez bien sûr utiliser le tableau blanc de votre salle de cours. Vous pouvez également vous appuyer sur des éléments sonores, des supports de présentation (Prezi, Haiku Deck, Sozi…), mais la vidéo reste le moyen le plus direct et immédiat pour capter l’attention de votre classe. Si “une image vaut mille mots”, imaginez l’efficacité d’une vidéo avec ses 2 images par seconde ! La 3D est particulièrement adaptée pour aborder, résumer ou décortiquer, certains sujets (une réforme législative, une réaction chimique, une période de l’histoire, un concept philosophique…) denses ou complexes de façon beaucoup plus lisible et complète. Ce format est également très intéressant parce qu’il convient à la fois aux apprenants ayant une mémoire visuelle et à ceux qui ont une mémoire auditive.

Un support personnalisé/able

La vidéo est un format adapté et efficace quels que soient le niveau de votre classe, l’âge des formés ou la thématique de votre formation. Il existe des logiciels pour créer de toutes pièces vos propres vidéos : Moovly, Pow Toon notamment. Vous pouvez ainsi élaborer des supports sur mesure et même en différentes versions selon les besoins de votre public et les enjeux de votre intervention. S’ils ne nécessitent pas de connaissances techniques particulières, ces outils demandent tout de même une certaine maîtrise de l’outil informatique. Parallèlement à vos séquences filmées, il est possible d’intégrer à vos vidéos des images et musiques, choisies dans la bibliothèque du logiciel ou téléchargées depuis votre ordinateur. Si vous possédez des vidéos ou extraits de vidéos intéressants mais pas tout à fait adaptés à votre classe ou à vos objectifs, un outil comme EdPuzzle vous permet de retravailler ces éléments en insérant des commentaires audio et des quiz.

Un support interactif

Si une vidéo peut vous permettre de décomposer un concept, de synthétiser des notions denses, de simplifier des mécanismes complexes, elle peut également vous servir de point de départ pour encourager vos apprenants à interagir et participer. Vous pouvez utiliser une vidéo pour répondre à différents objectifs : inviter à l’échange, susciter le débat, interroger l’opinion des apprenants, vérifier leur degré de compréhension d’un sujet (notamment avec les quiz réalisables avec EdPuzzle), encourager leurs questions. Ce sont autant de voies pour leur faire manipuler des notions, creuser une incompréhension, pousser plus loin leur réflexion de manière à la fois concrète et interactive… Autre avantage non négligeable, vous pouvez partager une vidéo avec vos étudiants par mail ou via les réseaux sociaux : avant un cours en vue de les initier à une thématique, après un cours pour leur permettre de tester leur maîtrise du sujet abordé en classe…

Expliquer une notion complexe est souvent beaucoup plus évident en l’illustrant. Images, croquis, bandes sonores… sont autant d’outils que vous pouvez utiliser. Toutefois, dans le cadre de formations, la vidéo reste le support le plus complet et efficace en matière de pédagogie. Attractivité, personnalisation, interactivité, grâce aux moyens à votre disposition, votre seule limite est votre créativité !

Source de l’image à la Une : Flickr (sarah)


 , , , , , , , , , ,

Articles similaires

L’expérience de Milgram

Aujourd’hui, âme sensible s’abstenir, nous allons parler d’une expérience, horrible mais fascinante : l’expérience de Milgram (1961). Milgram est célèbre…


 3 commentaires


  • Anabel Lara Soto

    Bonjour à toute l’équipe du Magazine Sydologie.
    Je tenais à vous dire que j’avais beaucoup aimé votre article ainsi que le nombre d’exemples que vous nous proposez. 
    Dans le cadre d’un cours universitaire, on nous a demandé de créer une capsule vidéo et j’ai repris votre contenu afin de créer mon outil. Mon but était d’imager un article afin d’expliquer que sa version vidéo peut permettre une meilleure compréhension, puisqu’il y a l’aspect visuel et «audio».
    Voici la vidéo dans laquelle j’ai également mis les références de votre article, sa parution etc.
    Merci pour ce bel article!
    Anabel

    https://www.youtube.com/watch?v=Mxjapt1xbSg

    Répondre

  • Marie-Josée

    Bonjour,
    merci pour votre article. Il résume très bien ma vision sur l’utilisation de la vidéo en formation. Vous avez relevé plusieurs contextes dans lesquels un enseignant peut faire usage de la vidéo en situation d’apprentissage. Je suis en cours de formation pour le baccalauréat en enseignement professionnel et j’ai eu l’occasion d’utiliser la vidéo à différents moments, et dans tous les cas ceci a été un succès! Beaucoup d’avantages accompagnent l’utilisation de ce moyen en classe. Entre autres, je trouve que c’est un excellent moyen pour faire des rétroactions sur nos performances. Dans le cadre de certains cours, je devais faire une auto-évaluation sur une prestation d’enseignement. Cela m’a permis de développer ma pensée réflexive et analytique. Encore aujourd’hui, malgré la progression de la technologie et de sa présence de plus en plus grandissante dans notre société, des enseignants sont encore peu à l’aise de faire l’usage de la vidéo dans leur enseignement. Il serait important de leur permettre de suivre des formations pour les aider d’en faire un bon usage et de l’intégrer dans leur formation. Des suivis seraient aussi bienvenus et des cours de perfectionnement, faits tout au long de leur carrière d’enseignant.

    Merci, aussi pour nous avoir proposer plusieurs outils pour créer nos propres projets, des outils qui me serviront fort probablement à un moment ou un autre.

    Bonne continuité de votre magazine
    Marie-Josée

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.