FLINT, UN ROBOT EFFICACE ?

|  Laissez vos commentaires

Flint est un outil qui mêle veille et intelligence artificielle. Présenté ainsi, cet outil ne peut être qu’efficace. C’est ce que nous allons voir.

Dans un univers de robot et avec un design un peu enfantin, la promesse de Flint est de vous proposer des articles de qualité, sélectionnés pour vous, tout en essayant de vous surprendre.
 

Les premiers pas

 
La première étape est de s’inscrire et de choisir un robot (ou pour reprendre les termes de Flint : « adopter un robot »). Chaque robot a un prénom et est associé à une thématique. Parmi les choix possibles, j’ai testé Flint qui se focalise sur l’actualité en général.
 

 
Chaque semaine, ou à la fréquence que vous souhaitez, vous trouverez dans votre boîte mail une liste d’articles sur le thème que vous avez choisi. Jusqu’ici, rien d’extraordinaire. La particularité de Flint réside dans sa capacité à améliorer votre veille, grâce au Machine Learning (encore un terme qui fait très sérieux).
 

Comment ça marche ?

 
C’est « l’entrainement » du robot qui fera que, chaque semaine, la sélection sera de plus en plus pertinente et adaptée à vos critères personnels.
 

 
La sélection d’articles envoyée par newsletter a une double utilité.

D’une part, (et on s’en doutait) les articles permettent de récolter du contenu pour notre veille. Quand on fait nos recherches en ligne, on a tendance à être happés par les premiers résultats, qui sont les mieux référencés, sans que la qualité ne suive forcément. Ou alors il faut creuser, et cela prend du temps. Il est donc intéressant de déléguer cette tâche de recherche à un outil, Flint en l’occurrence, qui permet de découvrir de nouveaux contenus.

D’autre part, en indiquant si les articles sélectionnés nous conviennent, elle permet d’améliorer la veille mise en place avec Flint. Concrètement, Flint propose une série d’articles qu’il s’agit de qualifier. Pour cela rien de plus simple, il suffit de cliquer sur les boutons « j’aime » ou « j’aime pas » sous le titre des articles.
 

 
Ces boutons servent à indiquer si l’information présentée correspond ou non à nos attentes en matière de veille (il ne s’agit pas de savoir si le contenu de l’article nous plaît, comme on « likerait » un article sur les réseaux sociaux, mais bien si le type de ressources nous convient). En cliquant sur ces boutons dans la newsletter, vous êtes renvoyé vers la « salle d’entrainement » du site Flint (fonctionnalité à laquelle vous pouvez accéder à tout moment).

Ainsi, qualifier les articles proposés permet de réorienter la veille réalisée par Flint, à partir des ressources que vous avez aimées. Attention, comme dans toutes les veilles, et encore plus avec ce principe basé sur l’intelligence artificielle, il faut savoir précisément ce que l’on cherche. Si on se perd, on perd le robot… qui ne peut donc pas être efficace.
 

Les petits plus

 
On a aimé les deux autres types de newsletters hebdomadaires : l’une sur un sujet décrypté et l’autre sur la veille en général et le fonctionnement de Flint (mais il faut aimer le storytelling et le style de langage utilisé).
 

Abonnements

 
Dans la version gratuite, on ne peut pas définir précisément soi-même le thème de la veille. Il faut choisir entre plusieurs propositions. Assez contraignant donc.

Si on veut une veille sur un autre sujet, plus particulier, il faut passer à l’offre premium, aussi appelée « l’école des robots ». La veille est ainsi spécialisée dans un domaine d’expertise en particulier. Pour en savoir plus sur les robots spécialisés (abonnement premium), vous trouverez une vidéo de présentation ici.
 

Conclusion : Flint, on adopte ou pas ?

 
Avec cet outil, on pourrait dire que cela prend du temps avant de gagner du temps. Mais voir une amélioration continue de sa veille est une vraie réussite.

Finalement, Flint sort de nos attentes en matière d’outils de veille et s’écarte de l’ordinaire. Le cœur de cet outil est la recherche du contenu le plus pertinent pour nous, et allier les intelligences (artificielle et humaine) pour le faire est évidemment bien vu.

Récolter un tas de documents pour notre veille c’est bien, mais comment s’en sortir pour organiser tout ça ? Si vous n’avez pas encore trouvé votre gestionnaire d’idées, allez faire un tour sur nos autres articles qui traitent d’outils comme Scoop.it ou Diigo.
 
 


 , , , ,

Articles similaires

Diigo

À chaque fois que je dis ou écris le mot “veille” je pense au mot “vieille”, possiblement car je suis…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.