Quelles sont les clés d’un brainstorming réussi ?

|  Laissez vos commentaires

Un client fait appel à notre expertise pour digitaliser certains modules d’une formation présentielle ? Brainstorming.
Un client nous demande des idées d’outils pédagogiques pour expliquer une thématique en particulier ? Brainstorming.
Un client cherche des solutions pour optimiser une formation présentielle un peu trop classique ? BRAINSTORMING !

Chez Sydo, le brainstorming est une activité – presque – quotidienne !

L’objectif de ce type de réunion ? Faire émerger de nouvelles idées, confronter nos points de vue et grignoter toutes sortes de petits biscuits.

Nous avons tous des profils, des cultures, des références, des formations, des convictions et des imaginaires différents. C’est pour cette raison qu’un moment réunissant toute l’équipe permet toujours de parler, de rire, et de trouver des solutions originales à des problèmes… toujours différents !

Les difficultés du brainstorming

Pour autant, le brainstorming n’est pas un exercice si simple que ça. Certains mécanismes peuvent vider l’exercice de son sens :

  • Tout d’abord, le biais de conformité pousse chacun à adopter le point de vue de la majorité. En effet, ce n’est pas toujours simple, surtout si on est un peu timide (et il y en a chez Sydo) de défendre son idée, aussi bonne soit-elle, devant un groupe en désaccord.
  • Le second mécanisme, c’est celui du manque de partage des informations ! eh oui, un brainstorming devient tout à fait inutile si les personnes qui participent n’ont pas le même niveau d’information…
  • Enfin, le biais de confirmation, peut amener le chef de projet à l’initiative du brainstorming à sélectionner, parmi les arguments échangés, seulement ceux qui confortent et confirment son point de vue.

Et quelques bonnes pratiques

Ainsi, pour éviter qu’un moment destiné à l’intelligence collective ne se transforme en réunion ratée, chez Sydo, nous respectons toujours certaines règles :

  • En amont d’un brainstorming, le chef de projet précise à tous l’objet et la durée de la réunion. Si besoin, il envoie de documents à lire au préalable (et idéalement, il prévoit le petit-déjeuner) ;
  • Au moment de la réunion, il doit bien présenter la mission, le contexte spécifique, les contraintes et les attentes du client. Ainsi, tous les participants ont le même niveau d’information ;
  • Après un moment en groupe, le chef de projet doit répartir tout le monde en petits groupes, en mélangeant les profils, pendant un temps limité. Nous sommes beaucoup chez Sydo ! Alors c’est souvent préférable de se diviser, avant de mettre en commun nos idées. Et puis, ça évite de se plier à la majorité ;
  • Ensuite, nous nous rassemblons pour faire le point : chaque groupe parle tour à tour. On prend le temps de s’écouter, de se questionner et de se contredire. Et de finir le petit-déjeuner.

Chez Sydo, nous sommes persuadés que sur certains sujets, les meilleures idées émergent dans les moments conviviaux, respectueux, éclairés et relativement informels. Mais finalement, pour que les conditions soient réunies… cela demande un peu de travail !
 


 ,

Lena Le Goff

  • Chef de projet – Ingénieure en pédagogie
  • Diplômée de Sciences Po – Master de recherche en histoire.

Les petites satisfactions font les grands plaisirs : finir un livre, monter un meuble, retenir une date, écouter Yelle, et comprendre une notion complexe en font partie. Chez Sydo, le tout n’est pas de comprendre, c’est de savoir expliquer, et ça, pour moi, c’est un vrai défi que je me plais à relever tous les jours.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.