Qu’est-ce qu’un objectif pédagogique opérationnel ?

|  3 Commentaires

Dans mon article sur l’ingénierie pédagogique et le modèle A.D.D.I.E, je vous parlais déjà rapidement des objectifs pédagogiques : passer de compétences visées à un réel objectif pédagogique est un des enjeux de la phase de design du modèle. Je vous propose de creuser un peu plus cette notion d’objectif pédagogique.

Un objectif pédagogique, qu’est-ce que c’est ?

Quand on anime une formation, on a envie de provoquer un changement chez l’apprenant, et pas seulement de délivrer des contenus. Ce changement peut concerner des savoirs (« je change ce qu’il sait, ce qu’il connait »), des savoir-être (« je lui fais prendre conscience de son comportement, et lui propose un comportement alternatif ») ou des savoir-faire (« je change sa façon de faire »).

L’objectif pédagogique, c’est justement ce nouvel état qu’on cherche à atteindre grâce au dispositif de formation. C’est une performance prenant la forme d’un comportement observable que l’apprenant pourra accomplir et qui pourra être évalué. Cette évaluation sera la preuve en acte que l’apprenant a atteint l’objectif et donc la nouvelle compétence ou connaissance. Dans ce cas, on parle d’objectif pédagogique opérationnel (O.P.O).

Comment définir un objectif pédagogique opérationnel ?

Pour une évaluation, un objectif pédagogique opérationnel doit être énoncé en 3 étapes :

    • Décrire un comportement observable et mesurable avec un verbe d’action. Pour vous aider, vous pouvez vous référer à la taxonomie de Bloom.
    • Préciser les conditions de réalisation de l’activité ou de l’évaluation : rendu attendu, temps accordé, moyens mis à disposition, etc.
    • Définir les critères de réussite ou de performance : seuil minimum pour valider l’activité, pourcentage d’erreurs tolérées, etc.

 


 ,

Raphaël LAUER

  • Diplôme d’ingénieur en Sciences Cognitives – Ecole Nationale Supérieure de Cognitique de Bordeaux (ENSC)

A l’école, j’ai toujours eu l’impression qu’on cherchait à faire des « têtes bien pleines » plutôt que des « têtes bien faites ». Ouais… Pas très utile. On pourrait essayer de faire mieux, non ? C’est ça qui m’intéresse dans la pédagogie : chercher de nouvelles méthodes et de nouveaux outils pour se construire intellectuellement et arrêter de faire apprendre un tas de trucs qui, au final, ne servent qu’à passer un diplôme ou valider une formation.

Articles similaires

 3 commentaires


  • Charretier Jean-Yves

    Bonjour J’apprécie votre article qui rappelle les 3 C : Comportement observable – Critère de réussite et Condition de réalisation …
    Je souhaite vous faire toutefois deux remarques :
    ==> Nos apprenants sont des adultes. La pédagogie est par sa définition « réservée » pour des enfants.
    Nous devrions utiliser le terme d’andragogie.
    « C’est surtout l’élément psychologique qui est privilégié du point de vue éducatif et qui est au centre du concept d’ andragogieEn 1926, Lindeman écrit: l’éducation des adultes sera envisagé sous l’angle des situations et non sous celui des contenus… le programme de formation pour adultes doit être conçu autour des besoins et des centres d’intérêt de l’apprenant. »
    D’ailleurs je trouve cela irrespectueux non conforme à notre éthique de formateur d’employer ce terme « pédagogie » pour des adultes.

    ==> Selon la norme européenne nous devrions remplacer objectif pédagogique par
    Objectif apprentissage Norme ISO/IEC 2382-36 : 2008
    Description du but attendu de la formation ou des apprentissages en fonction des connaissances, des habiletés ou du rendement attendus de l’apprenant. Note des objectifs d’apprentissage peuvent être associés avec des unités d’enseignement de taille arbitraire.

    Je dépasse la formation et prend en compte le cycle d acquisition de compétences au lieu de capacités.
    Et vous qu’en pensez vous ?

    Répondre

    • Eric

      Bonjour Mr Charretier,
      Je ne suis pas certain de comprendre l’intérêt de faire une distinction entre andragogie et pédagogie (mis à part l’étymologie).
      En effet, j’ai lu sur ce même site que « L’andragogie part du postulat que l’adulte est différent de l’enfant et qu’il a donc besoin d’un enseignement distinct ». Or, j’ai l’impression que les sciences cognitives nous montrent qu’au delà du développement et de la maturation de notre cerveau, les modes de fonctionnement ne sont pas très différents entre un adulte et un enfant.

      Répondre

  • Xavier Pascal

    Je trouve dommage de ne pas citer les sources, Mager dans ce cas

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.