Réseaux sociaux : une nouvelle forme d’éducation ?

|  Laissez vos commentaires

Reseaux sociaux-sydologie

Christine Greenhow de la Michigan State University, considérée comme le meilleur professeur de réseaux sociaux d’Amérique, a mené plusieurs études pour analyser l’impact positif des réseaux sociaux sur l’apprentissage. 

Le réseautage social, bientôt une matière ?

Les réseaux sociaux attiseraient-ils chez les étudiants une curiosité d’apprendre que l’école d’aujourd’hui arrive moins à inculquer ? En effet, ces plateformes se transformeraient peu à peu en une nouvelle forme d’éducation, complémentaire aux cours présentiels.

En effet, Christine Greenhow a remarqué que les étudiants qui tweetent à propos de leurs cours sont davantage impliqués dans leur scolarité et ont de meilleurs résultats.

Tweeter peut être considéré comme une nouvelle forme de pratique littéraire ; (…) cela change la manière d’appréhender la lecture et l’écriture.

Par ailleurs, Christine Greenhow a étudié l’utilisation des forums de débats scientifiques sur Facebook par des jeunes entre 16 et 25 ans. Les résultats ont montré que les étudiants s’investissent dans les communautés en ligne avec lesquelles ils échangent et qu’ils prennent la parole plus facilement qu’en classe. Ainsi, ils vivent un apprentissage en phase avec leur ère et développent, par ce biais, l’embryon de leur futur réseau professionnel.

Du savoir au savoir-faire

En pratique, le recours aux media sociaux dans le processus d’apprentissage permettrait de développer :

  • la collaboration, le travail en équipe (poster, commenter, commenter le commentaire et le commentaire du commentaire)
  • l’esprit de synthèse (140 caractères, pas un de plus)
  • la création de projets (suivez, abonnez-vous)
  • la capacité à faire de la veille (hashtag Votre domaine de prédilection)
  • la culture générale (des experts sous la main !)

Faire du neuf avec du vieux

Améliorer l’apprentissage grâce aux réseaux sociaux, à l’échange autrement dit, n’est pas une idée neuve ! Déjà en 387 avant Jésus Christ, Platon créait son école, l’Académie, sur le principe que le cours magistral doit être accompagné de discussions, de débats et de commentaires qui viennent compléter la théorie.

Par ailleurs, on peut tout de même se demander si l’on ne nous ment pas sur la marchandise. Certains observateurs des communautés d’étudiants en langue voient davantage une transformation du support papier en support numérique qu’une révolution de l’apprentissage.

Puisque les réseaux sociaux n’imposent rien, les apprenants n’entrent pas dans une logique d’engagement pédagogique que leur confère l’école. À voir s’ils ont vraiment leur place en tant quenseignement complémentaire. 

Références

Communauté web 2.0 d’apprenants de langue avec parcours d’apprentissage – Rôles, pédagogie et rapports au contenu. Loiseau et alii. 2011

Guide de l’utilisation pédagogique des médias sociaux. Beaudin-Lecours et alii. http://guidems.labovte.ep.profweb.qc.ca

Réseaux sociaux et apprentissage des langues. C. Pélissier & Hani Qotb. 2012

Twitteracy: Tweeting as a New Literacy Practice. B. Gleason & C. Greenhow. 2012


 , , , ,

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.