Expérience pédagogique part 2 : prise de notes collaborative, Socrative, Live tweet… Qu’en ont pensé les étudiants ?

|  2 Commentaires

Nous avons profité de l’expérience menée par Sylvain pour questionner ses étudiants sur leur ressenti vis-à-vis des outils pédagogiques utilisés. Pour cela, nous leur avons envoyé un questionnaire à remplir en ligne : un différent pour les étudiants du cours du matin – qui ont utilisé Live tweet et la prise de notes collaborative – et ceux de l’après-midi car ces derniers ont également expérimenté Socrative. Au total, 129 étudiants (sur les 410 ayant assisté au cours) ont répondu au questionnaire et l’on remarque de très fortes similitudes entre les réponses des étudiants du matin et de l’après-midi.

Le premier constat est plutôt positif : plus de 60% des étudiants disent avoir été plus attentifs que lors d’un cours plus “classique” et les trois-quart d’entre eux se sont sentis plus motivés ! A priori, plus d’attention et de motivation ne peuvent qu’être bénéfiques pour faciliter l’apprentissage et la mémorisation. Il est donc surprenant que seulement 38% des étudiants aient le sentiment d’avoir mieux retenu le cours.

On observe également plus d’engouement de la part des étudiants de l’après-midi qui ont pu utiliser Socrative. Cet outil a remporté un vif succès : la quasi-totalité des sondés a participé au vote et estime que c’est un outil utile pour donner envie de s’impliquer dans le cours mais aussi pour alimenter la réflexion et les débats. Parmi les trois outils, c’est le plus plébiscité pour une utilisation fréquente en classe.

En seconde position, la prise de notes collaborative a donné lieu à des résultats assez contradictoires : si seulement 1/5ème des étudiants y a contribué et la moitié en a lu le résultat, ils sont globalement plutôt convaincus que cet outil peut s’avérer utile pour avoir des notes plus complètes et plus de 65% d’entre eux voudraient que ce soit plus souvent utilisé en cours. Peut-être peut-on expliquer ce décalage par l’envie – bien naturelle ! – des étudiants de pouvoir accéder à des notes exhaustives sans pour autant faire l’effort de participer au travail collectif. De plus, cet outil peut rapidement devenir difficile à gérer et ainsi rebuter certains : chacun a sa propre façon de prendre des notes, d’organiser ses idées… Sans parler des possibles digressions vers des notes qui n’ont plus grand chose à voir avec le cours !

C’est d’ailleurs le même type de problèmes qu’a rencontré le Live tweet : c’est un outil qui peut vite être détourné de son objectif initial et, tout comme la prise de parole finalement, être accaparé par quelques uns. Ainsi, si les tweets ont été lus par plus de 90% des étudiants ayant répondu au questionnaire, moins de 15% d’entre eux ont eux-mêmes tweeté pendant le cours. Les avis sont aussi partagés sur la capacité de Twitter à faciliter les interactions avec le prof. Pour autant, les étudiants semblent voir un potentiel à cet outil car ils sont environ 60% à envisager de le réutiliser d’une façon ou d’une autre au cours de leurs études et à souhaiter que cela soit plus souvent proposé lors des cours.

Deux autres problématiques ont été soulevées par les étudiants : l’équipement informatique (tous n’avaient pas apporté leur ordinateur et il n’y avait pas de prise pour recharger les ordinateurs) et la connexion internet (pas de 3G dans la salle pour les smartphones et le wifi n’était pas de très bonne qualité). D’autres ont soulevé l’inefficacité de la plateforme “icampus” qui est utilisée par les enseignants pour annoncer le syllabus et les notes… Elle pourrait aussi servir pour diffuser les supports d’animation voire pour prendre des notes !

En résumé, les étudiants ont apprécié l’utilisation de ces trois outils et souhaiteraient qu’ils soient plus souvent employés en cours mais ils ont encore quelques réserves. L’objectif est donc de trouver comment toujours mieux exploiter ces outils.

Certes cette étude n’a pas vocation à valider ou non l’efficacité de ces outils mais elle nous permet de rapporter l’opinion d’apprenants ayant participé à une expérience dans le domaine de la pédagogie et nous sommes convaincus que cela mérite toujours d’être partagé !


 , , , , ,

Articles similaires

 2 commentaires


  • Lionel

    Bonjour,
    Article très intéressant. Pouvez-vous donner des précisions sur la prise de note collaborative?
    Mise en place opérationnelle ? Vous avez utilisé Google Drive pour ça: les étudiants se contentaient de déposer leurs notes ? ou il y avait un document commun ? Si tel est le cas, comment gérer les conflits ?
    Merci pour les réponses. Sujet intéressant et d’actualité: http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/11/20/bien-prendre-ses-notes-en-cours-peut-se-reveler-lucratif_3516829_3234.html
    Lionel

    Répondre

    • Sylvain Tillon

      Bonjour Lionel,

      Effectivement, j’avais créé un Google Doc (de type ppt) avec un lien de partage que j’avais préalablement envoyé à tous les étudiants.
      Environ 15% des étudiants ont rédigé des notes sur le document collaboratif. D’autres ont téléchargé le doc pour pour prendre les notes en individuel.
      Mais plus de 60% des étudiants ont lu les notes collaboratives !

      Je n’ai pas détecté de conflit pendant la prise de notes (malgré le nombre très important d’étudiants).
      Et le soir, je suis allé corriger/compléter cette prise de notes.

      Expérience mitigée : peu de collaboration et une prise de notes très hétérogène…

      Sylvain

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.