PEDAGOGO #7 – BENJAMIN BLOOM

|  1 Commentaire

Chaque lundi, nous vous proposons de voyager dans l’Histoire de la pédagogie, à travers les portraits des plus grands pédagogues et théoriciens qui ont influencé nos modèles contemporains.
 

Benjamin Bloom, c’est qui ?!

 

 
Né dans l’État de Pennsylvanie en 1913, Benjamin Bloom est un psychologue et chercheur américain spécialisé en psychologie de l’éducation. Entre 1940 et 1959, il a travaillé au sein du Bureau des Examens de l’Université de Chicago. Sa mission était d’améliorer la qualité des enseignements universitaires, et de transformer les modalités d’examens afin qu’ils reflètent davantage le niveau de maîtrise des compétences des étudiants.

Il est à l’origine de la pédagogie de maîtrise des apprentissages, théorie qui énonce que tout apprenant est capable d’atteindre un niveau élevé de maîtrise d’une compétence s’il reçoit un enseignement adéquat et s’il est accompagné pour surmonter chacune de ses difficultés d’apprentissage.

Au fil de ses travaux de recherche dans les années 1950, il a construit un modèle qui porte son nom : la taxonomie de Bloom. Ses travaux ont mis en évidence un ensemble de verbes d’action – identifier, expliquer, argumenter, organiser, etc. – correspondant à des compétences génériques, que Bloom a ensuite classées selon 6 niveaux progressifs de maîtrise :

1. Je connais
2. Je comprends
3. J’applique
4. J’analyse
5. Je synthétise
6. J’évalue

La force de la taxonomie de Bloom est de pouvoir s’appliquer à tout type de discipline et de niveau de compétence initial (apprenants, débutants comme experts).
 

Et Bloom, ça donne quoi aujourd’hui ?

 
La taxonomie de Bloom a sans aucun doute influencé les pratiques des pédagogues du monde entier. Elle s’est imposée comme un concept fondamental pour tout formateur souhaitant construire des objectifs pédagogiques :
clairs : les verbes référencés dans la taxonomie de Bloom permettent de spécifier le type d’action à maîtriser par les apprenants ;
et progressifs : le classement des verbes d’action donne un fil logique à la formation.

La taxonomie de Bloom peut être combinée avec d’autres outils, comme le modèle d’objectifs SMART (Spécifiques, Mesurables, Ambitieux, Réalistes, Temporels) qui contribue à formuler des objectifs pédagogiques efficaces, et guident les formateurs dans la conception des évaluations.
 

Quelques ouvrages de Benjamin Bloom à consulter :

 
– Taxonomie des objectifs pédagogiques
– Stability and Change in Human Characteristics
– All Our Children Learning
 

Dans la même veine, quelques articles Sydologie où on en parle :

 
http://sydologie.com/2017/09/taxonomie-de-bloom-quest-cest/
http://sydologie.com/2019/02/quest-ce-quun-objectif-pedagogique-operationnel/
http://sydologie.com/2017/09/ingenierie-pedagogique-modele-addie/
 
 


 , , , ,

Soufiane El Jai

  • Master en management – EM Lyon

De l’école au travail, tous les savoirs et les compétences m’ont toujours fasciné ! J’ai l’intime conviction que n’importe qui peut se passionner pour n’importe quel sujet si on le lui présente d’une manière passionnée et passionnante. Tel est aussi le sens de mon travail chez Sydo. En équipe, nous mettons tout en œuvre pour créer des formations toujours plus innovantes et engageantes !

Articles similaires

 Un commentaire


  • Temam

    Radiologue de formation je peux suis reconvertie. Très intéressée par ce que vous faites car je pense la même chose

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.