[Sus aux neuromythes ! ] Episode 3 : Faites travailler vos méninges !

|  Laissez vos commentaires

Vous n’avez jamais reçu de la part d’un de vos professeurs l’ordre de vous « creuser les méninges » ? Et votre collègue relou qui se prend pour le protecteur en chef de la langue française face aux envahisseurs saxons, ne vous a-t-il jamais proposé une séance de « remue-méninges » (version française du brainstorming, si si, c’est la vraie traduction, demandez à Robert) ?

Alors, les méninges, clé anatomique de notre pensée ? Synonyme de cerveau ?

Eh bien non, encore un neuromythe ! Les méninges n’ont aucun rôle actif dans la réflexion et ne sont qu’une enveloppe autour du cerveau.

Le terme « méninges » vient du grec mêninx qui signifie « membranes ». Les méninges sont donc des membranes jouant le rôle de barrières entre le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) et l’environnement extérieur, tout comme le crâne et le liquide céphalo-rachidien qui se situe entre les différentes couches de méninges.

Le but des méninges : protéger le cerveau des possibles chocs ou traumatismes.

Les méninges sont ainsi constituées de trois couches :

  • la dure-mère ou pachyméninge, adhérente à l’os de la boîte crânienne et qui protège l’encéphale ;
  • l’arachnoïde, feuillet entre la dure-mère et la pie-mère ;
  • la pie-mère ou leptoméninges, membrane très fine collée au système nerveux central.

Aussi, n’utilisez plus cette expression erronée ! Ne dites plus non plus « faites travailler votre matière grise ». En effet, elle ne contient que les corps cellulaires des neurones, qui ne servent à rien sans les axones, recouverts de myeline blanche, qui permettent aux neurones de communiquer entre eux et de relier le cerveau avec l’ensemble du corps.

Conclusion : abandonnez les expressions surannées (mais faites quand même « bosser votre cerveau » !).

 


Aymeric Debrun

  • Diplômé de Sciences Po Lyon – Master Coopération internationale et aide au développement
  • Master 2 en Relations Internationales

Découvrir un domaine inconnu, une nouvelle idée, une information ignorée. Se mettre à lire, étudier, analyser, comprendre. Puis approfondir, creuser, se passionner. Et enfin intriguer, intéresser, expliquer, transmettre. Et recommencer.

Un chemin maintes et maintes fois parcouru aussi bien dans ma vie personnelle qu’étudiante. Chez Sydo, j’ai trouvé un travail pour continuer à l’arpenter et faire de ce chemin… un schéma pédagogique.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.