Comment mettre en place la classe inversée ?

|  Laissez vos commentaires

Mettre en place un modèle de classe inversée avec ses élèves ou ses formés peut faire peur : il faut redéfinir la manière d’aborder son cours, mais aussi tout son positionnement d’enseignant / formateur. Voilà quelques conseils pour vous aider à démarrer sereinement !

La classe inversée, qu’est-ce que c’est ?

Pour rappel, la classe inversée propose de chambouler le modèle traditionnel de la classe : on découvre le cours chez soi, via différents types de documents, et on fait des exercices et on voit ensuite les applications concrètes en classe avec le professeur. Pour les documents de préparation, de nombreuses possibilités s’offrent à vous : diffuser des vidéos, proposer des documents à lire ou encore des petits jeux. L’idéal est bien entendu de ne pas proposer qu’un seul support, mais de les diversifier pour garder l’attention de vos apprenants.

Raphael_classe_inversee_infographie

Quels types de support utiliser ?

– des vidéos

 Vous n’avez que l’embarras du choix. Vous pouvez :

  • Utiliser des vidéos déjà existantes, sur Youtube par exemple. De plus en plus de professeurs ou de particuliers mettent en ligne des « cours » de qualité, pour différents niveaux. Je pense notamment à des chaines de vulgarisation scientifique, comme E-penser, DirtyBiology,  ou Nota Bene.
  • Tourner vos propres vidéos.  Pour des sujets très précis, et notamment ceux traités en entreprise, il peut être très difficile de trouver des vidéos adaptées. Une seule solution donc : vous improviser acteur/scénariste/metteur en scène ! Et pour ce faire, vous avez le choix entre différents modèles de vidéo :

o   La méthode « classique » : utilisez une caméra, un tableau blanc, et filmez vous comme si vous étiez devant votre classe.

o   La méthode « Kahn-academy » : ne travaillez que sur ordinateur, et filmez votre écran grâce à un logiciel d’enregistrement d’écran, comme camtasia ou screemcast-o-matic. Un exemple de ce qu’il est possible de faire ici.

o   La méthode « dessin animé » : utilisez des outils comme animaker ou videoscribe pour créer vos propres petites pastilles vidéos.

Dans tous les cas, la création d’une bonne vidéo pédagogique demande pas mal de travail : la voix off doit être bien travaillée,  il faut utiliser un langage clair, des images qui aient du sens, etc.

– d’autres types de support

 Au final, on peut imaginer utiliser tous un tas d’autres supports : des pdf, des slides powerpoints, des poadcasts, des schémas interactifs, des infographics… bref ! Je ne peux que vous conseiller de parcourir régulièrement nos tests d’outils pour trouver de l’inspiration 🙂

Comment diffuser ses contenus ?

 Votre mode de diffusion va dépendre des supports que vous utilisez. Si vous ne proposez que des cours vidéo, le plus simple est de rester sur Youtube. Si vous voulez réaliser des choses plus poussées, comme des vidéos interactives, vos solutions seront bien souvent hébergées directement sur le site de l’outil.

Cependant, si vous souhaitez avoir une plateforme plus globale, vous permettant de poster des vidéos mais aussi des documents à lire et des poadcasts, voire des quiz, vous devrez vous tourner vers des LMS.  Ces plateformes pédagogiques, pour la plupart gratuites, sont assez flexibles et intuitives pour être facilement prises en main et répondre à vos besoins. On peut par exemple citer moodle, edmodo, ou encore schoology.

Le principe de classe inversée vous intéresse ?  N’hésitez pas à faire un tour sur ce site, plein de bons conseils !

Crédit Image à la une 

Credit image article 


 , , , , , ,

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.